Suivant le type de société créé, le statut du dirigeant et sa rémunération s’en trouvent affectés :

TNS (travailleur non salarié) dans le cas d’une EI, EIRL, EURL et SARL avec un gérant majoritaire ; l’intérêt de ce statut est un montant des charges sociales comprises entre 35% et 55%. Les 2 premières années les cotisations sont basées sur des bases forfaitaires.

Salarié dans le cas d’une SARL avec un gérant minoritaire, SAS et SASU, le montant des charges est plus important soit de 50% à 70%, mais la couverture est plus avantageuse surtout au niveau de la retraite. De plus, pas de forfait de charges les premières années, les charges sont payées sur le montant des salaires déclarés.

La distribution des dividendes est impossible sur l’EI, et possible sur les autres types de société mentionnées ci-dessus uniquement si elles sont assujetties à l’imposition sur les sociétés.

Nous n’avons pas retenu l’alternative que peut représenter la micro entreprise (anciennement auto entreprise) car ce statut est difficilement compatible avec la création d’une laverie pour 3 raisons principales : impossible de récupérer la TVA sur les investissement et plafond de CA insuffisant dans bien des cas et les banques financent difficilement ce type de société, donc impossibilité de souscrire LOA, crédit-bail ou même crédit à moyen terme…